Moxa et ventouses

 

Moxibustion

La moxibustion est la combustion de l’armoise séchée sur des points d’acupuncture ou d’autres zones cutanées.

Les moxas sont fabriqués à partir de feuilles d’armoise séchées et réduites en poudre, auxquelles sont parfois incorporées d’autres herbes choisies pour leurs propriétés médicinales. Les moxas sont de forme et d’utilisations différentes :

Les cônes – L’armoise séchée est réduite en petits morceaux puis est façonnée avec les doigts afin de former des cônes de différentes tailles, du grain de riz à la grosseur d’une noix. Leur grosseur dépend du point à stimuler et de l’effet recherché. Les cônes sont généralement placés directement sur la peau, à l’emplacement d’un point d’acupuncture.

Le cône est allumé à son sommet et se consume en dégageant une intense chaleur à action prolongée. L’acupuncteur retire le cône lorsque le patient sent une intense sensation de chaleur, mais sans brûler la peau. On répète l’opération jusqu’à huit fois sur chacun des points d’acupuncture à stimuler.

Anciennement, pour certaines pathologies, notamment l’asthme, le cône était brûlé au complet, ce qui laissait souvent une cicatrice. Mais cette technique n’est pratiquement jamais utilisée en Occident et de moins en moins en Chine.

Les bâtonnets (ou cigares) sont fabriqués avec de l’armoise séchée, hachée, puis façonnée en bâtonnets et roulée dans du papier. Ils peuvent également contenir d’autres herbes médicinales. Pour utiliser les bâtonnets, il suffit de les allumer et de les tenir à quelques centimètres du point d’acupuncture à traiter ou de la zone à réchauffer. L’acupuncteur pourra laisser le cigare au-dessus de la peau sans bouger ou le déplacer légèrement jusqu’à ce que la peau du patient devienne rougeâtre et que la personne ressente une agréable chaleur.

Une autre technique consiste à fixer une boulette de moxa sur le manche d’une aiguille d’acupuncture et à l’allumer.

Bâton de moxa

Les effets thérapeutiques

La moxibustion est une thérapie d’importance majeure dans la MTC, elle serait d’ailleurs la plus vieille forme de thérapie en Chine. Ses effets thérapeutiques les plus communs sont de réchauffer lorsqu’il y a un syndrome d’Excès de Froid, de tonifier lorsqu’il y a un Vide de Yang ou, de façon générale, d’activer et de faire circuler le Qi et le Sang dans les Méridiens. La moxibustion permet de prévenir ou de traiter des problèmes comme les douleurs rhumatismales, articulaires et musculaires, certains problèmes digestifs comme la diarrhée, et des troubles gynécologiques comme les menstruations douloureuses et certaines infertilités. On l’utilise fréquemment dans le traitement des personnes fatiguées ou atteintes de maladies chroniques afin de renforcer leur énergie vitale.

 

Ventouses

En Médecine chinoise, les ventouses sont une technique thérapeutique au même titre que l’acupuncture ou la moxibustion.

La ventouse est un récipient, habituellement en verre et en forme de cloche destiné à soigner en induisant une « révulsion », par effet de succion sur la peau.

Pour chauffer l’air à l’intérieur de la ventouse, on y insère un morceau de coton imbibé d’alcool à brûler, puis la ventouse est appliquée sur le dos de la personne à traiter, de manière à ce qu’en refroidissant, par sa contraction il produise un puissant effet de succion, autrement dit un « appel de sang ». la peau prend petit à petit une coloration violacée, signe qu’il faut retirer la ventouse. L’application dure généralement de 5 à 15 minutes selon l’intensité de la maladie, les patients, leur âge, leur réaction et même selon le praticien.

 

 

Les ventouses sont essentiellement employées pour traiter les affections respiratoires, les coups de froid ou les affections ORL. Elles sont également indiquées dans les pathologies articulaires et musculaires tels que les tendinites, les lombalgies, les sciatiques, les rhumatismes et les entorses. Elles peuvent, dans certains cas, également soulager les effets du stress, les insomnies ou encore les colopathies fonctionnelles (constipations…). Les ventouses sont appliquées sur des points d’acupuncture qui correspondent aux organes à traiter. Les ventouses peuvent également être disposées le long des méridiens à traiter. Pour la médecine chinoise, la maladie ou la douleur est un signe de blocage : cela signifie que l’énergie fondamentale, ne circule plus ou mal. La ventouse chinoise rétablit la circulation du sang et, par conséquent l’énergie.

 

Auriculothérapie

Auriculothérapie

Zones réflexes de l’oreille

 

L’auriculothérapie est une médecine traditionnelle tégumentaire qui utilise le pavillon de l’oreille comme zone réflexe. Elle est pratiquée depuis des milliers d’années en Chine et en Egypte mais la découverte réelle revient au Docteur Paul Nogier qui en 1956 publia la première véritable carte de localisation des points réflexes. Depuis, cette technique s’est affinée et a donné lieu à de nombreux travaux de recherche. Depuis 1987, elle est même reconnue par L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS).

 

Il existe au niveau du pavillon auriculaire une projection des différentes parties du corps et des organes. Il s’agira ensuite de détecter les points sensibles à la pression, indicateurs d’une pathologie ou d’un dérèglement énergétique. Ces points seront ensuite stimulés à l’aide d’aiguilles d’acupuncture ou par la pose d’aiguilles semi-permanentes ou patch aimantés.

L’auriculothérapie, également utilisée conjointement à un traitement en acupuncture, soulage les maladies fonctionnelles, le stress, les allergies, les douleurs chroniques ainsi que certaines formes de dépendances comme le tabagisme.